logo Immordc
ANNONCES IMMO ANNUAIRE IMMO NOS CONSEILS
Nos actualités Kinshasa : 29 mai 2017.
 
Accueil >> Nos actualités >> Kinshasa : la voirie urbaine, l’ennemie invisible de la lutte anti-incendie !

Annonces sponsorisees Comment promouvoir votre annonce ?

Ferme morcelé de 2000m² avec une villa de 4 chambre à coucher à vendre au Bas Congo / Kasangulu
Ferme
- A vendre - Kasangulu/Kasangulu - Prix : 1000000 $ US

DETAILS

Immeuble de deux niveau de 6 appartements à vendre à Bonhome 14è Rue/ Matete
Immeuble
- A vendre - Kinshasa/Matete - Debonhome - Prix : 120000 $ US

DETAILS


Kinshasa : la voirie urbaine, l’ennemie invisible de la lutte anti-incendie !
Publié le 19/05/2011 dans la catégorie
Actualités
 

Articles liés
Que signifie être locataire à Kinshasa ? 
Les opérateurs économiques se plaignent du délabrement de la route Moanda-Boma 
Haut-Lomami : les braconniers empoisonnent les éléphants 
Le manque d’infrastructures retarde la rentrée scolaire à Kongolo 
Le tourisme congolais est à l’heure de sa renaissance 
   

La ville de Kinshasa souffre d’un maximum de charroi anti-incendie capable de se déployer à travers toute la capitale, face à cette carence, des maisons et des immeubles subissent des incendies.

La ville de Kinshasa est une des rares capitales au monde à se trouver totalement impuissante face à un fléau millé­naire et universel l’incendie.

Pen­dant plusieurs années, ses millions de résidents ont même vécu sans couverture anti-in­cendie, comptant uniquement sur la bonne volonté de l’Onatra (Office des Transports) et de la RVA (Régie des Voies Aérien­nes).

Depuis son arrivée à la tête de l’administra­tion urbaine, en 2007, le gouverneur André Kimbuta s’est employé à renforcer le charroi de lutte contre les incendies dans cette mégapole.

Mais, à l’image de ce qui s’est passé mardi 17 mai 2011 dans la commune de Barumbu, chaque sinistré étale au grand jour les limites des autorités urbaines dans la gestion des incendies.

D’où ce pénible constat Kinshasa est à la merci du feu. Et, plusieurs facteurs concourent à cet état des choses.

Une brigade anti-incendie pauvre

La brigade anti-incendie de la ville de Kinshasa aligne un charroi de moins de dix unités pour une agglomération qui héberge aujourd’hui plus de dix millions d’âmes et où le boom immobilier bat son plein.

Les constructions poussent partout, de la Gombe à Maluku, sur une bande longue de plus de 80 kilomètres, et de Kingabwa à ligne à haute tension d’Inga qui traverse Kinshasa, sur un espace large de près de 13 kilomètres.

Le nombre des vé­hicules anti-incendie est largement en déca des besoins des Kinoises et Ki­nois. 

Par ailleurs, leur ca­pacité d’intervention susci­te des interrogations. 

Hier par exemple, deux citernes ont été vidées sur l’immeu­ble en feu sur l’avenue de la Prison, à Barumbu, sans résultat satisfaisant.

Il aurait peut-être fallu mobi­liser quatre ou cinq véhicu­les à la fois, pour maîtriser rapidement le sinistre. 

Mais, visiblement, ce n’était pas possible en raison des difficultés chro­niques de ravitaillement de ce type de véhicules en carburant et lubrifiants.

Il arrive à la brigade anti-in­cendie de ne pas être en mesure de bouger parce que les réservoirs des vé­hicules anti-incendie son­nent creux.

Voirie urbaine, l’ennemie invisible

La lutte anti-incen­die est torpillée par une ennemie invisible : la voirie urbaine. Dans une ville sans routes, la brigade anti­incendie n’a d’autre alter­native que de se présenter en retard sur les théâtres des sinistres.

Hormis le périmètre de Gombe, ses interventions à Kasa-Vubu, Bandalungwa, Ngiri-Ngiri, Kalamu, Kintambo ne peu­vent s’opérer dans les 30 minutes.

Pour l’heure, des municipalités telles que Limete, Lemba, Ngaba, Matete, Ngaliema, Mont­-Ngafula, N’Djili, Masina, Kimbanseke sont « hors jeu ».

L’impraticabilité des routes ainsi que les embouteilles interdisent des opérations dans des communes si­tuées loin de Gombe.

Là, en cas d’incendie, les si­nistrés sont appelés à se débrouiller avec des bi­dons et seaux d’eau ou du sable.

 

A quand une brigade anti-incendie par com­mune ?

S’il existe une réelle volonté de lutter efficace­ment contre les incendies ou, en tout cas, d’en limi­ter les dégâts, elle devrait se traduire par la mise sur pied d’au moins un service anti-incendie dans chaque commune.

Ainsi, au lieu de téléphoner au quartier général de la brigade anti­-incendie, dans la lointaine commune de Gombe, les appels de détresse pour­raient s’adresser aux pompiers les plus proches.

Un tel cadrage épargnerait aux Kinoises et Kinois les scènes dé­solantes des maisons at­taquées par le feu et à la destruction desquelles les occupants et le voisinage assistent impuissants.

On connaîtrait aussi moins de spectacles des taxi-bus et taxis consumés par le feu sur les voies publiques, dans l’indifférence et l’impuissance générales.

Où sont passées les bouches anti-incendies ?

Dans un passé loin­tain, les bouches anti-in­cendies se rencontraient en grand nombre dans pratiquement toutes les communes de l’ex-Léo­poldville: Kalina (Gombe), Saint Jean (Lingwala), Leo II (Kintambo), Barumbu, Kinshasa, Dendale (Kasa­-Vubu), Bandalungwa, Ngi­ri-Ngiri, Matete, une partie de Ngaliema, Matete, Lemba et même N’Djili. Aujourd’hui, il est difficile de les repérer même à Gombe.

Et, là où elles exis­tent, elles ne sont d’aucu­ne utilité soit en raison de la faible pression de l’eau, soit du fait qu’elles ont dis­paru sous la terre ou une construction anarchique ou encore une montagne d’immondices.

Il est écoeu­rant d’apprendre que pour refaire le plein d’eau, les véhicules anti-incendie de l’Hôtel de Ville sont con­traints de rentrer à leur « base », dans la commune de la Gombe, à côté de la concession du Collège Bo­boto.

En dépit des milliers de maisons déjà détruites par le feu à Kinshasa et des milliers de personnes tuées ou mutilées à cause des incendies, l’administration urbaine ne semble pas prendre suffisamment à sérieux le fléau.

Comble faut-il des dégâts matériel et humains, des torrents de larmes, pour inciter qui de droit à prendre conscience du danger qui guette chaque jour et à chaque seconde des millions de résidents de la capitale?

 

(Digital Congo/18 mai 2011)

Kimp/Le Phare




   Commenter cette publication
Votre nom :   
Votre adresse e-mail :    
Votre commentaire   
Verification :   



NOTRE NEWSLETTER


ESPACE AGENCES IMMO
Me connecter M'Inscrire

 
 
Restez connecté(e) avec nous
REJOIGNEZ NOUS
SUR FACEBOOK
SUR TWITTER
SUR VIADEO
Copyright : immordc sprl 2008 - 2017. Tous droits réservés