logo Immordc
ANNONCES IMMO ANNUAIRE IMMO NOS CONSEILS
Nos actualités Kinshasa : 23 mai 2017.
 
Accueil >> Nos actualités >> Après l’Onc/Kingabwa : Le marché de la Liberté /Masina cédé partiellement à la coopération chinoise

Annonces sponsorisees Comment promouvoir votre annonce ?

Parcelle de 30m sur 40 avec une école à vendre à Ngaliema Pigeon
Maison/Villa
- A vendre - Kinshasa/Ngaliema - Prix : 650000 $ US

DETAILS


- - / - Prix : $ US

DETAILS


Après l’Onc/Kingabwa : Le marché de la Liberté /Masina cédé partiellement à la coopération chinoise
Publié le 01/07/2009 dans la catégorie
Actualités
 

Articles liés
Que signifie être locataire à Kinshasa ? 
Les opérateurs économiques se plaignent du délabrement de la route Moanda-Boma 
Haut-Lomami : les braconniers empoisonnent les éléphants 
Le manque d’infrastructures retarde la rentrée scolaire à Kongolo 
Le tourisme congolais est à l’heure de sa renaissance 
   

(Groupelavenir.cd/ 1er juillet 2009)

La coopération chinoise marque continuellement des points en RD Congo, au regard notamment de son caractère visionnaire et pragmatique, à en croire maints témoignages. C’est notamment ce qui justifie les facilités qu’elle s’octroie à acquérir des espaces exploitables. Après l’obtention partielle d’installations de l’Office national du café (Onc), l’heure est à une portion de l’étendue abritant le Marché de la Liberté, dans la commue de Masina.

Le quotidien L’Avenir par fidélité à sa vocation d’informer le public a évoqué la question dans une de ses publications. A cette occasion, le journal a établi un parallèle entre la situation de l’exploitation caféière en RD Congo qui en est à la traversée du désert, et la mise en location des installations de Kingabwa. " Au moment où l’exploitation caféière en RD Congo poursuit sa courbe descendante, les observateurs du secteur agricole font le constat de l’inexistence de perspective de relance à cet effet. Pendant ce temps, les infrastructures de l’Office national du Café, Onc trouvent preneur. Il s’agit de la coopération chinoise qui occupe notamment les installations de l’Onc/Kingabwa, dans la commune de Limete. Cette cession suscite la curiosité de plus d’un.

Dans le mesure où, d’emblée, le cahier de charge de ladite coopération n’indique guère de rubrique relative à quelque appui au secteur caféier congolais. En passant sur l’avenue Des Poids Lourds, il s’observe qu’une boulangerie est actuellement et au même endroit, en situation de colocataire. Depuis, des langues se délient pour déplorer l’initiative du comité de gestion sus évoqué. Car ce genre de contrat suppose l’aliénation d’un patrimoine immobilier relevant du domaine public. Point n’est besoin de rappeler, dans cet ordre d’idées, que cette entreprise émarge du budget de l’Etat. Aussi maints observateurs s’interrogent-ils sur les motivations d’un tel contrat. (…)", lit-on dans la parution du 13 avril dernier.

Pour l’heure, il nous revient que le marché su évoqué a été partiellement débarrassé de ses occupants. La partie non aménagée en tablettes en matériaux durables serait celle au centre du partenariat. La source rapporte que des vendeurs et vendeuses qui peuplaient cet espace ont été priés de trouver mieux ailleurs, pour les raisons de la cause. Au terme d’un accord intercommunal, certaines personnes concernées seraient déversées au marché appelé Mangobo au quartier II, dans la commune voisine de N’Djili. En cet endroit, Dieu seul sait de quoi sera fait le lendemain pour ces nombreux pères et mères de familles et des jeunes que l’instinct de survie a déversés dans le secteur du micro commerce informel. Car à cet effet, l’étendue d’accueil est visiblement en inadéquation avec l’importance numérique des sollicitants.

Depuis la décennie 90, le secteur de l’emploi a subi le contrecoup de la destruction du tissu économique formel, du fait notamment des pillages. Dès lors, le micro commerce détermine la survie pour la majeure partie des familles kinoises. "Biso nionso tokomi ba komelesa, nani akotekela moninga akakola ?(…) ", a chanté un musicien, décrivant une situation pendante et préoccupante. (Entendez : nous sommes devenus tous des commerçants, qui admettrait qu’un acheteur marchande ?). Cette réalité dans une ville en proie à l’exode rural, embarrasse l’autorité. Celle-ci devant faire preuve de tact dans la gestion d’espace et dans la planification de l’aménagement du territoire.

Payne




   Commenter cette publication
Votre nom :   
Votre adresse e-mail :    
Votre commentaire   
Verification :   



NOTRE NEWSLETTER


ESPACE AGENCES IMMO
Me connecter M'Inscrire

 
 
Restez connecté(e) avec nous
REJOIGNEZ NOUS
SUR FACEBOOK
SUR TWITTER
SUR VIADEO
Copyright : immordc sprl 2008 - 2017. Tous droits réservés