logo Immordc
ANNONCES IMMO ANNUAIRE IMMO NOS CONSEILS
Nos actualités Kinshasa : 29 mai 2017.
 
Accueil >> Nos actualités >> L’intelligence architecturale congolaise en exposition à l’hôtel Memling

Annonces sponsorisees Comment promouvoir votre annonce ?

Immeuble d\\\'appartements à vendre à Kintambo Bangala
Immeuble
- A vendre - Kinshasa/Kintambo - Prix : 700000 $ US

DETAILS

Grande maison de 6 chambres - parcelle de 30 m sur 30 - à vendre à Kimbanseke
Maison/Villa
- A vendre - Kinshasa/Kimbanseke - Prix : 45000 $ US

DETAILS


L’intelligence architecturale congolaise en exposition à l’hôtel Memling
Publié le 10/03/2012 dans la catégorie
Actualités
 

Articles liés
Que signifie être locataire à Kinshasa ? 
Les opérateurs économiques se plaignent du délabrement de la route Moanda-Boma 
Haut-Lomami : les braconniers empoisonnent les éléphants 
Le manque d’infrastructures retarde la rentrée scolaire à Kongolo 
Le tourisme congolais est à l’heure de sa renaissance 
   

Le rendez-vous est pris, mercredi 07 mars 2012 à 10h00’, les architectes congolais et expatriés ont pris d’assaut la salle de conférence de l’hôtel Memling de Kinshasa. Et pour cause, l’exposition de quelques réalisations architecturales, organisée par la Société des Architectes du Congo, la SAC, organisation professionnelle pilotée des mains de maître par M. Claudien MULIMILUA et M. Arsène IJAMBO, respectivement Président et Secrétaire Général de la SAC.

Le Ministre sortant de l’urbanisme et habitat, M. César LUBAMBA a fait l’honneur aux architectes réunis en procédant personnellement au vernissage de cette manifestation d’exposition pendant 3 jours, du 07 au 09 mars 2012, de quelques chefs-d’œuvre ; plus de 40, des architectes congolais, sélectionnés sur base d’un certain critérium.


S.O.S lancé par les architectes congolais

La tribune de l’exposition a servi aux organisateurs de cet évènement pour lancer des messages forts et interpellateurs à l’endroit des décideurs congolais des secteurs aussi bien privés que publics. Autorisés à parler en leurs noms et pour leurs comptes, Claudien MULIMILUA et Arsène IJAMBO, tous deux architectes, présentent un tableau sombre et inquiétant de la part de marché qui revient aux bureaux d’études congolais, dans l’ensemble de chantier ouvert sur toute l’étendue de la République. Constat, tous les marchés de l’Etat congolais sont attribués à des expatriés. La part des nationaux est nulle.

Dans la conception des grands projets congolais, chinois se frottent aux japonais, etc., tandis que l’architecte congolais est condamné à la débrouillardise avec des petits projets dits alimentaires des particuliers. L’Etat congolais a délibérément renoncé à ses responsabilités de promouvoir l’expertise nationale.

 

La faiblesse de la commande publique

« Les particuliers investissent, mais l’Etat reste sans nul doute le plus grand investisseur dans le secteur de la construction d’autant plus qu’il est le détenteur des grands capitaux, largement au-delà des particuliers. Les organisateurs de l’exposition des architectes soulignent avec regret la faiblesse de la commande publique, adressée aux bureaux d’études congolais. C’est un véritable manque à gagner, parce qu’ailleurs les bureaux d’études se développent grâce aux appuis publics et à des marchés venant du portefeuille de l’Etat. Ce qui n’est pas le cas en RDC où l’essentiel des travaux exécutés excluent les bureaux d’études congolais.

 

Ordre des architectes congolais

Un autre message important porte sur l’ordre des architectes congolais. La loi, ont affirmé les organisateurs de l’exposition, est en discussion à la chambre haute du parlement et va devoir bientôt sortir. Une lueur d’espoir, après avoir écopé d’une fin de non recevoir à la chambre basse du parlement. Tous les architectes sont invités à se fédérer autour de cette démarche pour l’appuyer parce qu’il y va de la protection de leur profession.


Echange d’expérience

L’exposition de l’hôtel Memling qui va se poursuivre au centre Wallonie Bruxelles est un point d’orgue à une formation de 4 jours à l’intention des architectes, dans la salle d’exposition de l’Institut Supérieur d’Architecture et d’Urbanisme, ISAU, né récemment de la scission de l’ancien IBTP (Institut du Bâtiment et des Travaux Publics).

Dans le cadre des échanges d’expériences, le cabinet ivoirien Koffi DIABATE, du nom du président de l’ordre des architectes ivoiriens, est à l’honneur. M. Issa DIABATE, responsable dudit cabinet a exposé et mis en évidence le savoir-faire de son cabinet en Côte d’Ivoire et dans tous les pays de la sous-région. L’hôte de la SAC présente le parcours de son cabinet qui a réussi à s’exporter, ainsi que les chefs-d’œuvre qui marquent d’une pierre blanche la présence sur terrain du cabinet KOFFI DIABATE.Pour lui, « une belle villa n’est pas forcément une maison avec beaucoup de chambres, 2 salons etc., mais c’est un environnement ; quelque soit sa taille, où l’on se sent bien ».

L’échange d’expérience c’est aussi avec la FEC. La Fédération des Entreprises Congolaises est représentée M. Honoré NJIBIKILA, Directeur des études et formation dans cette solidarité du patronat congolais qui est intervenu sur la contribution du secteur de la construction à l’économie nationale. D’emblée, il reconnait que l’économie congolaise est indéfinie, et la contribution du secteur de la construction avec elle. Néanmoins, selon les derniers chiffres avancés, cette contribution s’échelonne au tour de 9,4%.

Insistant sur les difficultés, il a dit que les bureaux d’études congolais sont des parents pauvres, et la plupart d’entre eux ont un problème de référencement dans la ville. « On voit de syriens, libanais, chinois, etc., devenir facilement des concepteurs des ouvrages qui marquent l’histoire et l’époque ». Comment veut-on attendre du secteur de la construction une contribution importante ? Allez-y comprendre les défis qui sont ceux des architectes congolais. Le financement, la formation et la requalification, le cadre juridique et règlementaire, pour en citer quelques uns mis en évidence par M. Honoré NJBIKILA qui a répondu en même temps que le premier intervenant Issa DIABATE, à une série des questions leurs adressées relativement à leurs exposés respectifs. 

 

Trait sur la formation

Le Président de la SAC boucle la journée en portant à la connaissance de la confrérie que des mesures sont prises au niveau de l’Union Internationale des Architectes selon lesquelles, la formation continue devient sous peu, l’étalon de mesure pour tout accès à la profession d’architecte. Il annonce par la même occasion la formation qui sera organisée dans un très proche avenir à Abidjan en Côte d’Ivoire, et invite ses collègues à y prendre part avant de conclure : « tout architecte qui ne s’inscrira pas dans la dynamique de la formation va à l’expiration » et ne sera pas admis sur le marché du seul fait de son diplôme universitaire. Tout le monde est averti !


Par Divin Patrick KABANDIKA MUZODI
Copyright : immordc.net, mars 2012.




   Commenter cette publication
Votre nom :   
Votre adresse e-mail :    
Votre commentaire   
Verification :   

  • Commentaires ( 4 )
  • L'Architecte du cinquantenaire, 16/03/2012 15:55:28
    Le president de la sac a tort sur le point de dire que"tout architecte qui ne s’inscrira pas dans la dynamique de la formation va à l’expiration » et ne sera pas admis sur le marché du seul fait de son diplôme universitaire. Pendant la formation tout architecte congolais n'etait pas a kin, et meme ceux qui etaient a kin, tout le monde na pas eu le temps de venir participer a ces formation. Pendant le concour de projet seule la competence importe le plus et non le fait de participer a ces formation. En plus, la SAC est comme une association ou un club de quelques architectes congolais.
  • Verité T, 14/03/2012 13:12:08
    Oui monsieur, comme toujours il y a certaines choses qui se font ou qui s'influencent seulement en bloc et en association, c'est mieux d'entendre aussi l'avis des autres aussi en ce qui concerne les 2 derniers paragraphes. Car presque tous les points sont critiques.

    Que l'on veuille ou pas, tot ou tard, nous serons obliges a` faire face aux defis et les conquerir, mais les ignorer n'ameliora jamais des choses, au contraire nous ne serons la` que pour nous lamenter et plaider sous forme des analyses et observations.

    je remerceie encore votre combativite' dans le domaine.
  • Verité T, 13/03/2012 07:25:34
    Je trouve pour l’instant le gouvernement doit premièrement enregistrer chaque fois tous les architectes anciens comme nouveaux venus pour savoir leur nombre exacte. Mais qu’il n y ait pas pour l’instant des exigences sur les architectes avant qu’ils exercent leur profession, car les conditions de vie actuelles sont extrêmes et ajouter d’autres ne vont pas arranger les choses.
  • Verité T, 13/03/2012 07:24:16
    J’avoue que le gouvernement doit prêter mains fortes dans le secteur de construction car ça coute cher. Quand les individus ne sont pas a` mesure de dépenser dans un domaine quelconque et vendre a` un prix rentable, le gouvernement doit intervenir, d’autant plus les moyens de constructions coutent énormément cher.

    C’est vrai que la majorité de projets de construction vont chez les étrangers et les firmes congolaises n’ont rien. Mais c’est mieux qu’on sache aussi pourquoi ces firmes étrangères profitent elles et pas des firmes congolaises. En observant les acteurs étrangers, il y a deux facteurs qui me frappent les plus. Le premier c’est qu’ils sont vraiment spécialisés, chez eux il y a ceux qui s’occupent uniquement de l’architecture et de l’art, ceux qui s’occupent des spécialités du génie civile comme l’analyses des structures civiles, fondations, tunnels , et ceux qui se concentrent dans l’administration et la réalisation physique des projets. Avec ca ils présentent a` la fin un produit très fini, raffiné et prompt a` exécuter avec moins de difficultés et ambigüités. L’autre est qu’ils ont les moyens de construction (équipements, machines, outils, etc.) Mais les congolais manquent en quelque sorte ces facteurs. Quand j’avais entamé un débat sur les spécialisations dans l’industrie de construction, ca n’avait pas plut a` d’autres, ils disaient que c’était une distraction, or c’est un élément que les autres utilisent pour bien se positionner dans le marché.


NOTRE NEWSLETTER


ESPACE AGENCES IMMO
Me connecter M'Inscrire

 
 
Restez connecté(e) avec nous
REJOIGNEZ NOUS
SUR FACEBOOK
SUR TWITTER
SUR VIADEO
Copyright : immordc sprl 2008 - 2017. Tous droits réservés