logo Immordc
ANNONCES IMMO ANNUAIRE IMMO NOS CONSEILS
Nos actualités Kinshasa : 24 avril 2017.
 
Accueil >> Nos actualités >> Que signifie être locataire à Kinshasa ?

Annonces sponsorisees Comment promouvoir votre annonce ?

Parcelle de 30m sur 40 avec une villa de 4 chambres à vendre à Selembao/ Masanga Mbila
Maison/Villa
- A vendre - Kinshasa/Mont Ngafula - Prix : 80000 $ US

DETAILS

Terrain de 20m sur 25m a vendre à Sans Fil/ Mont Ngafula
Terrain
- A vendre - Kinshasa/Mont Ngafula - Prix : 35000 $ US

DETAILS


Que signifie être locataire à Kinshasa ?
Publié le 09/12/2015 dans la catégorie
Actualités
 

Articles liés
Les opérateurs économiques se plaignent du délabrement de la route Moanda-Boma 
Haut-Lomami : les braconniers empoisonnent les éléphants 
Le manque d’infrastructures retarde la rentrée scolaire à Kongolo 
Le tourisme congolais est à l’heure de sa renaissance 
Des bancs pour six écoles de Kisenso 
   

Au quartier Delvaux dans la Commune de Ngaliema, deux femmes se disputent. L’une bailleresse et l’autre locataire. Contre toute attente des spectateurs, la première injurie la dernière en ce terme : « simple locataire, tu dois avoir honte de parler avec moi », traduction de lingala « locataire ya pamba, oza na soni ya kotelema liboso na ngai te ? ». 

Ce récit nous est parvenu par une jeune internaute - via notre page Facebook - qui tient à savoir si le statut de locataire est devenu une injure à Kinshasa !

Si c’était vous, quel serait votre réaction ? Votre rédaction Immordc s’y est penché pour savoir ce que signifie être bailleur ou locataire à Kinshasa.

Mieux vaut vivre pauvre chez soi que riche chez autrui

Le Professeur LELO NZUZI contacté à ce sujet, nous a gracieusement fourni son livre, Kinshasa : ville et environnement, paru aux éditions l’Harmattan en 2008, où il présente les résultats de ses enquêtes sur le sujet.

Dans son ouvrage, l’expert de l’aménagement urbain de Kinshasa montre que dans la mentalité de la population kinoise :

- le statut de locataire à Kinshasa est « humiliant » à cause des tracasseries des bailleurs ;
- le locataire est perçu comme un « sans domicile fixe » qui, à sa mort créera des ennuis à ses proches pour organiser ses funérailles par manque de propriété immobilière ;
- celui qui a « réussi » sa carrière professionnelle mais qui reste locataire est un « gaillard zéro », car la location en permanence reste synonyme d’un échec social et d’instabilité.

L’auteur ajoute que pour ne pas être qualifié de « gaillard zéro », tout Kinois ambitionne de devenir « Tata ya lopango » c'est-à-dire propriétaire immobilier. D’où le proverbe Kinois « Mieux vaut vivre pauvre chez soi que riche chez autrui ».

C’est pourquoi, devenir propriétaire immobilier est le rêve ultime de tout Kinois. Le statut de propriétaire immobilier rassure d’avantage que celui de locataire. Pour les kinois donc, la réussite et la considération sociale se mesurent par le nombre de propriétés immobilières et non par la série de voitures ou autres bien qu’on peut avoir.

De « gaillard zéro » à « Tata ya Lopango »

Pour réaliser son rêve de devenir propriétaire immobilier, le Kinois achètera ou construire sa maison n’importe où, n’importe comment et à n’importe quel prix.

Il n’hésitera pas à contracter des emprunts, à émigrer à l’étranger, à exercer une activité dangereuse au risque de sa vie, à coopérer, à détourner de l’argent, à magouiller, pourvu qu’il ait sa maison.
Le kinois construira même dans des sites ou zones non constructibles comme : des sites érosifs, inondables, sous les lignes haute tension, dans des sites pollués par les déchets, etc.

Tout ceci explique aussi en grande partie la croissance spatiale rapide et anarchique de Kinshasa.

« Pas de locataire, pas de business »

Les congolais kinois, fans de la page Facebook de « immordc portail » ont largement réagi à la nouvelle :

D’un ton indigné, les uns estiment qu’être locataire n’est qu’une étape de la vie par lequel la majorité de congolais passe. La bailleresse doit savoir que la personne humaine vaut plus que les biens matériels et que rien n'indique que le locataire le restera à vie. De toute façon, ajoutent-ils, on peut être locataire quelque part et être propriétaire ailleurs.

Les autres quant eux soulignent que si la bailleresse construit ses maisons pour les mettre en location, c’est qu’elle offre le service que le locataire achète. En ce sens, ce rapport d’échange ne devait en aucun cas donner au propriétaire, un quelconque ascendant sur le locataire. Ils concluent en disant que le client est rois et de ce fait « pas de locataire, pas de business, pas de recettes »

Alpha Memidra Egbango et Justin Avundo
Copyright: immordc.net, Novembre 2015.




   Commenter cette publication
Votre nom :   
Votre adresse e-mail :    
Votre commentaire   
Verification :   



NOTRE NEWSLETTER


ESPACE AGENCES IMMO
Me connecter M'Inscrire

 
 
Restez connecté(e) avec nous
REJOIGNEZ NOUS
SUR FACEBOOK
SUR TWITTER
SUR VIADEO
Copyright : immordc sprl 2008 - 2017. Tous droits réservés